Le Lien de Saint Thurin – Numéro Spécial FIBRE

Bonjour à tous les Saint Thurinois  !

A l’inverse du dernier numéro 5.1 spécial consacré  à l’imposition du CADA à notre commune, le numéro spécial 7.1 est lui consacré à un évènement  qui va nous faciliter la vie, amateurs de télévision, d’internet et de téléphone sans soucis : L’arrivée dans notre commune du « Très Haut Débit » plus connu de tous sous l’appellation de « La Fibre ».

Le télégraphe de Chappe XVIII° siècle

 

 

La Fibre Optique XXI°

 

 

 

 

 

Ce numéro a été réalisé à la demande du Maire, à qui il a semblé bon de faire bénéficier à tous un rappel concret du contenu de la réunion organisée par Loire Forez le lundi 30 octobre à La Valla. L’assistance était nombreuse, mais tous n’ont pas pu se rendre dans cette commune. L’horaire, l’éloignement et l’excentration n’ont pas rendu le déplacement facile . Nous allons donc dans ces pages situer le comment de l’opération et transmettre les informations nécessaires pour obtenir à votre domicile la communication du XXI° siècle qui se déplace à la vitesse de la lumière.

 

Du cuivre au verre

Hormis peut être quelques initiés, qui pouvait penser il y a peu de temps que nous allions communiquer avec le reste de la planète à la vitesse de 300 000 kilomètres seconde. Nous regardions souvent l’extérieur au travers d’une simple fenêtre, dorénavant c’est à travers une immense baie vitrée que nous regarderons le reste du monde.
Notre territoire fait partie d’un lot choisi par le gouvernement pour recevoir le Très Haut Débit porté par la fibre optique. L’ex communauté de communes du Haut-Forez a porté ce projet, en a financé une partie sous l’autorité de son président Mr Thierry Chavaren. Le SIEL (Syndicat Intercommunal d’Energies de la Loire) a techniquement organisé et géré sous bien des plans l’important chantier sous la direction de Bernard Laget premier vice-président en charge du THD 42. La pose des poteaux et des câbles a été réalisée par la société Bouygues qui malgré quelques embûches a su mener cette tâche à bien en un temps satisfaisant. A noter que toutes les personnes rencontrées ont été très disponibles et agréables pour répondre à nos questions sur le suivi des travaux.

Une équipe “Bouygues” installe le câble en sous terrain.

Une nouvelle autorité

Aucun de vous ignore que notre petite Communauté de Commune des Montagnes du Haut-Forez n’est plus. Une nouvelle entité s’est créée, Il s’agit de la CALF (Communauté d’Agglomérations Loire–Forez). Avec bien d’autres choses dont nous reparlerons dans de futurs numéro du Lien La CALF a pris sous son aile la gestion du THD 42.
Voila donc son commentaire sur cette immense réalisation:

Pour conforter l’attractivité et la compétitivité du territoire, Loire Forez a fait le choix du Très Haut Débit. La fibre optique offrira des débits plus élevés et de meilleure qualité, permettant d’accéder aux dernières offres internet multiservices et aux futurs nouveaux usages (télétravail, télémédecine, téléassistance, etc.).
Le déploiement s’effectue de manière progressive et couvrira l’ensemble du territoire (88 communes) d’ici à 2020, quel que soit le lieu (centre-ville, bourgs, hameaux, sites isolés). Les travaux concernent en priorité les secteurs ayant actuellement les débits internet les plus faibles.
Aujourd’hui, la fibre optique est arrivée dans plusieurs quartiers des communes de Apinac, Bard, Bonson, Bussy-Albieu, Champdieu, Chazelles-sur-Lavieu, Chenereilles, Ecotay-l’Olme, Essertines-en-Châtelneuf, Estivareilles, Gumières, La Côte-en-Couzan, La Tourette, La Valla-sur-Rochefort, Lavieu, Lérigneux, Lézigneux, Luriecq, Magneux-Haute-Rive, Marols, Merle-Leignec, Montbrison, Mornand-en-Forez, Pralong, Roche, Saint-Bonnet-le-Château, Saint-Cyprien, Saint-Didier-sur-Rochefort, Saint-Etienne-le-Molard, Sainte-Foy-Saint-Sulpice, Saint-Georges-Haute-Ville, Saint-Hilaire-Cusson-la-Valmitte, Saint-Jean-Soleymieux, Saint-Julien-la-Vêtre, Saint-Just Saint-Rambert, Saint-Laurent-Rochefort, Saint-Thomas-la-Garde, Soleymieux, Saint-Thurin, Usson-en-Forez, Veauchette, Verrières-en-Forez.
D’ici au printemps 2018, 45 % des secteurs seront raccordables à la fibre optique. Des réunions publiques sont organisées pour chacun des secteurs pour vous informer des modalités pratiques pour l’installation d’une prise individuelle dans votre habitation ou votre local professionnel.

 

PM 57 ou Zone n° 57

Il s’agit de l’appellation codifiée du secteur dont nous dépendons, nous aurons certainement à le rappeler à plusieurs reprises dans nos démarches, avec les communes de Saint Didier sous Rochefort, de Saint Julien la Vêtre, de Champoly, de la Valla sous Rochefort, de La Côte en Couzan
et Saint Laurent sous Rochefort.
Notre relais PM 57 (point de mutualisation) est situé à Saint Didier sous Rochefort, il dépend du NRO (nœud de raccordement optique) , lequel comme son nom ne l’indique pas est branché sur le câble départemental. Ces deux « relais » sont couplés dans un même bâtiment construit sur la route
de Saint Thurin.
De cet édicule part une multitude de câbles vers les villages cités ci-dessus. Les bourgs et tous leurs hameaux sont desservis. Dans les parties aériennes, ce sont les poteaux porteurs de l’électricités qui reçoivent la fibre. Selon les besoins certains poteaux sont équipés d’un boîtier PBO (point de branchement optique) . A partir de là plusieurs PTO (prises terminales optiques) seront alimentées; elles seront dans vos maisons.
Voir les photos et le schéma en pages centrales.

Schéma de distribution du THD42

 

Je veux être connecté au THD
Comment faire ?
A qui dois-je m’adresser ?
Quelles sont les démarches ?
Quel papier dois-je fournir ?
Comment choisir mon fournisseur d’internet ?

Voyons cela ensembles

En tout premier sachons que :

Il n’est pas obligatoire d’être connecté au THD Fibre.
La connexion au réseau est gratuite jusqu’en 2025.
Après les frais de connexion et les matériels seront facturés au client

 

Il faut essentiellement vous souvenir du site internet : www.tdh.42.fr

du téléphone :
0 810 14 00 42 / 0.05 € appel + prix appel .

Ce seront là les seul moyens de contact pour toutes vos démarches.
Vous pourrez renseigner votre adresse et visualiser votre maison sur un plan ou sur une vue aérienne.

 

Sur le plan comme sur la vue aérienne les maisons sont assorties d’une pastille en forme de goutte d’eau inversée, De couleur rouge elles signifient que la maison est connectable, mais il faudra attendre qu’elles passent au vert pour faire votre demande THD42. Puis lorsqu’elle deviendront bleues vous pourrez démarcher l’opérateur de votre choix ; c’est lui qui activera la ligne.

Je vous conseille de vous rendre sur TDH42 afin de suivre l’évolution de la mise en œuvre.
Dès que votre demande sera faite le SIEL prendra contact avec vous par email pour confirmation et un technicien vous contactera pour prendre rendez vous
Il prendra connaissance des lieux, vous indiquera les menus travaux que vous aurez à effectuer et éventuellement reviendra effectuer la pose du PTO.
La pose d ‘éventuelles gaines et le percement de vos murs seront à votre charge
Entre le passage au vert et la connexion il s’écoulera une période de 3 mois dite de GEL . Ce délai servira à la fin des travaux et aux opérateurs de se présenter à vous. A vous de les choisir

Pour tout complément d’informations, vous devrez vous rendre sur le site internet ou encore vous pouvez téléphoner au n° sus indiqué

 

La Réunion Publique du 30 octobre 2017
à La Valla / Rochefort

La réunion a été animée par les intervenants :
Bernard Laget
1er Vice président du SIEL
Thierry Chavaren
Vice-président du CALF et Maire de La Valla/Rochefort
Daniel Perotti
Président de la Communauté de communes du Pays d’Urfé
et Maire de Champoly

Mr Laget directeur du projet THD42, nous a longuement et très clairement présenté la réalisation, le fonctionnement et la mise à disposition de la Fibre. Puis il a répondu à de nombreuses questions avec tout autant de clarté voire même avec véhémence. Les questions ont surtout porté sur les coûts, certains acceptant avec difficulté la gratuité de l’installation ou la non obligation de souscrire à cette offre, des écologistes purs et durs ont même contestés l’utilité de la fibre, enfin il a été question des délais de mise en œuvre plus ou moins élastiques, mais nous savons tous qu’il est rare d’exécuter un tel chantier pile-poil dans les temps.
Dès que tout cela fut réglé la soirée s’est terminée par des échanges libres en groupes constitués par affinités.

 

 

Nous avons beaucoup parlé de moyens de communications dans ce numéro spécial.
Nous ne pourrons le clore sans vous rappeler, que Frédéric Jouhannel, conseiller municipal, a créé pour vous un site Internet propre à notre commune. Je vous invite donc tous à vous rendre sur ces pages où vous trouverez tout ce que vous attendez comme renseignements et autres contact avec la Mairie et les responsables et d’autres informations.
En vous remerciant par avance de votre future visite.
Je vous rappelle aussi cette adresse :

www.saint-thurin.ovh

 

Daniel Rayez

 

 

Le Lien de Saint Thurin – Numéro Spécial – De l’ITEP au CADA

Le Lien de Saint Thurin – Numéro Spécial – De l’ITEP au CADA

L’Institut Robert Anglaret

1 – Introduction –

Ce numéro spécial de votre Lien de Saint Thurin a été réalisé à votre intention pour vous présenter tous les aspects de l’évènement qui impacte soudainement et sévèrement notre commune.

Les différents points de vue des parties prenantes sont traités dans ces pages :
Ceux des autorités de la République.
Ceux du personnel de l’ITEP.
Ceux de la PEP 42.
Ceux des élus et de la population de Saint Thurin.
Les conclusions du Maire.

La logique veut que nous nous exprimions en dernier : les griefs ne peuvent être adressés qu’après une bonne connaissance des arguments étatiques et des responsables de l’institut mis à mal dans cette affaire.

Pour réaliser ce document, j’ai revu tous les textes qui ont été mis à notre disposition. J’ai également glané ça et là dans les médias des publications faites, pour certaines, à notre insu, des informations transmises par on ne sait qui. Donc, vous pourrez peut être avoir une impression de déjà vu, mais pour partie, c’est une retranscription synthétisée et objective, pour le reste c’est notre opinion et nous la revendiquons.

ITEP : Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique
PEP : Associaton Départementale des Pupilles de l’Enseignement Public.
CADA : Centre d’Accueil pour Demandeurs d‘Asile

 


 

2 – Le Préfet face à la Population –

En ce samedi 23 janvier, s’est tenue, comme prévue, la réunion d’information sur les demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Irak et de divers pays africains, qui vont dans un très prochain avenir remplacer les enfants en difficulté dans les bâtiments de l’Institut Robert Anglaret,
qui leur étaient dédiés depuis 1933.
Nous avons donc eu l’honneur de recevoir : Mr Fabien Sudry, Préfet de la Loire, Mr André Carava Sous Préfet de Montbrison, Le Colonel Morel commandant de la Gendarmerie de la Loire, de Mr Couteaud directeur départemental de la Cohésion Sociale.

Mr Coutaud, Mr Patard, Mr Sudry, Mr Carava et Le Colonel Morel
Mr Coutaud, Mr Patard, Mr Sudry, Mr Carava et Le Colonel Morel

 

On notait également dans l’assistance la présence du directeur des
PEP 42, de Mr Pierre-Jean Rochette Maire de Boën et Conseiller Départemental du canton de Boën, de Mme Violette Auberger et de
Mr Jean Bartholin Conseillers Départementaux du canton de Renaison,
de Mr Thierry Chavaren président de la Communauté de Communes
du Haut-Forez et plusieurs personnalités locales.

Après les présentations d’usage, Mr Sudry a prit la parole.

salle_2

Texte réalisé d’après des communications Préfectorales.
« Les Demandeurs d’Asile, l’Etat et Nous »

Chacun d’entre nous sait que la France est, traditionnellement une terre d’asile, donc à ce titre :
La France dans son immense générosité doit l’asile à toute personne en danger dans son propre pays. L’Etat en prend la responsabilité et la charge en usant largement de son pouvoir régalien.

A l’évidence, il est du devoir de chacun de considérer et de porter assistance à tous ces malheureux chassés de leur patrie par les évènements tragiques que nul ne peut ignorer. Mais cela doit se faire dans le calme et la réflexion, pas n’importe comment et dans la précipitation: c’est là que le bât blesse.

 

Fonctionnement

Un demandeur d’asile n’a pas automatiquement le statut de réfugié. Pour l’obtenir, sa demande doit être agrée par l’Office Français de
Protection des Réfugiés et Apatrides. Dans l’attente de la décision, le demandeur et sa famille ont le droit de rester sur le territoire national, de bénéficier de quelques subsides, de s’instruire dans les structures de l’Education Nationale, d’être soignés comme n’importe quel citoyen et enfin d’être hébergés, pendant la durée d’examen de leur cas, dans un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA).
Ces CADA sont financés par l’état et gérés par le personnel spécialisé d’organismes associatifs. Dans notre cas il s’agit de l’association « Entraide Pierre Valdo ». Ces personnels les accompagneront dans toutes leurs démarches concernant l’administratif, la santé, le scolaire et tous les satellites afférents. Ces personnels sont des conseillers en économie sociale et familiale, des éducateurs spécialisés et divers moniteurs-éducateurs.
Plus précisément, dans les cas qui concernent le Village de Saint Thurin, le CADA sera une « annexe » de celui de Boën, tout le personnel sera sous l’autorité d’un seul directeur.

 

Nous serons donc automatiquement inscrits dans un réseau de partenariat local : écoles, activités périscolaires, professionnels de santé et tissu associatif local.
Les personnels seront présents in situ, 24h/24, 7 jours /7, assurant ainsi les médiations et la préservation de l’intégrité des biens et des personnes.
L’animation sera également assurée par des bénévoles en provenance de Boën. Ces gens interviennent sur du soutien scolaire, des cours de français pour les adultes, du covoiturage, l’aide à l’intégration dans les associations sportive locales, la mise en place de loisirs dans le CADA, de découverte de notre pays par la randonnée pédestre, les arts et les spectacles, la création et l’entretien d’un jardin potager dont les produits seront consommés par les résidents.
Saint Thurin accueillera selon les prévisions des autorités environ 10% des demandeurs d’asile de la Loire soit entre 80 et 100 personnes en provenance pour moitié du CADA de Boën et pour moitié d’autres sites départementaux et nationaux. Concrètement, le site Boennais passerait de 150 à 100 personnes, soit un total de 200 personnes sur les deux sites
A savoir aussi que le quota imposé à notre département est en baisse de 24% par rapport au maximum de 1444 personnes comptabilisées en 2012.

 

Services

Les CADA de Boën et Saint Thurin étant une entité unique, c’est tout naturellement que les enfants hébergés à Saint Thurin seront accueillis dans un premier temps par les établissements scolaires de Boën où le personnel enseignant est habitué et compétent à l’égard de ces jeunes qui viennent de subir les pires choses.
Au travers des enfants, qui, ce n’est plus à prouver, ont une plus grande faculté d’adaptation que les adultes, les parents pourront plus facilement appréhender leur nouvel environnement, sa langue, ses coutumes et ses règles. Pour l’instant, les capacités d’accueil scolaire sont largement suffisantes pour parer à un effectif de 30 enfants étrangers.

Les autres enfants ne subiront aucun préjudice, car l’arrivée des étrangers a empêché la fermeture d’une classe. Au cas où il serait nécessaire de scolariser quelques enfants sur le RPI local les frais seraient assurés par le gestionnaire « EP Valdo ». En aucun cas ce ne serait à la charge des communes de Saint Thurin et Saint Didier sur Rochefort.

Pourquoi la période en CADA ?

Dans l’attente de la décision de OFPRA, si négative les obligera à quitter notre territoire dans les meilleurs délais ou si positive leur permettra de résider pour une période de 10 ans dans l’Hexagone. Les migrants n’ont pas le droit de travailler et il est assez logique que cette période soit mise à profit pour leur permettre de « récupérer » après les épreuves qu’ils viennent de subir. Cette période est fixée à 2 ans maximum, mais la pléthore de demandes impose aux autorités de ramener ce délai à 9 mois maximum.
Après cela, les bénéficiaires d’une décision favorable pourront, comme tout un chacun, mener une vie normale, résider dans un logement individuel, probablement social, de travailler pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille, en bref de vivre comme n’importe lequel d’entre-nous.
Mais en attendant, une personne seule touchera, par mois 204€ et une famille de 4 personnes 510€. Beaucoup victimes d’atteintes physiques pourront profiter de cette pose pour se soigner.

Le voisinage

Si des craintes légitimes existent de la part des habitants de la commune, ils doivent se rassurer car l’EP Valdo met à disposition des centres
1 personne pour 15 demandeurs d’asile (ratio légal). Ce sera une présence constante. Leur mission sera d’aider les gens dans leur intégration et d’exercer une « surveillance » de tous les instants; ils ont la possibilité d’avoir recours aux forces de l’ordre. D’ailleurs les autorités Boennaises font état d’un très faible nombre d’incidents.

L’Entraide Pierre Valdo, a toutes compétences pour assurer très sérieusement ses missions auprès des populations en grande difficultés.
Sur tout son secteur d’intervention en Auvergne-Rhône-Alpes cette association est largement validée pour ses compétences et ses connaissances du domaine.

Les CADA Ruraux

Installer les demandeurs d’asile en bâtiments collectifs n’est pas une création de ghettos, mais un souci de protection vis-à-vis des de ces personnes qui ne se sentiront pas isolées dans un espace inconnu d’eux.

Des CADA sont déjà installés en pleine ruralité sous l’égide de EP Valdo : à Saint Agrèves (07) et à Saint Beauzire (03). Ces CADA fonctionnent sans soucis particuliers.

L’aspect positif pour notre territoire

En tout premier il s’agit d’un rééquilibrage territorial en répartissant les migrants sur une bien plus grande surface et autorisant ainsi une augmentation de 50 places dans la Loire.
Boën va pouvoir récupérer des locaux qui seront voués à des projets d’installation de services publics pour le plus grand bien de sa population. Une manne de 1,423 000 000 € sera versé pour assurer le fonctionnement de tout cela. Une création de 10 emplois sera réalisée sur le site de Saint Thurin, donc l’espoir de voir 10 familles s’installer.

Les demandeurs d’asile bénéficiaires d’allocations participeront au développement des « commerces locaux ».

Comme il a été fait sur Boën, L’Entraide Pierre Valdo recrutera, dans la mesure du possible, en priorité sur le site de Saint Thurin et tout particulièrement dans les employés de l’ITEP qui le souhaiteront. Notamment des postes de veilleurs.


 

3 – Les salariés de l’ITEP –

A la faveur de la réunion d’information les salariés de l’ITEP dont la pérennité d’emploi est menacée, ont voulu s’adresser aux Hauts Fonctionnaires présents et à toute l’assistance.

Néanmoins l’essentiel de leur propos ne portait pas sur cet emploi, mais sur le déplacement imposé aux enfants handicapés dont ils ont la charge. Ils pensent et nous ne pouvons mettre en doute leurs compétences, qu’un déplacement précipité pourrait avoir, chez ces jeunes très perturbés, des effets extrêmement désastreux : insultes, violences et tendances suicidaires.
Le déménagement prévu en 2018 vers d’hypothétiques locaux sis à Montrond les Bains est avancé nécessitant ainsi un double transfert Saint Thurin—Boën, puis ultérieurement Boën – Montrond .
Cela mettrait en danger tout ces jeunes. Entre autres effets négatifs il y a une déconsidération des parents non informés et une destruction d’un réseau partenarial patiemment créé sur plusieurs années.
C’est la démonstration que les valeurs politico-financières prennent le pas sur les valeurs humaines les plus basiques.

A savoir que le Conseil Municipal et une très grande majorité de la population Saint Thurinoise sont solidaires des employés de l’ITEP.

 


4 – les PEP 42 –

Sur cette page, vous auriez dû lire un texte rédigé par les PEP 42 à notre demande.

Cette démarche a été faite dans un souci d’équité, cet organisme étant partie prenante dans l’évènement.

Mais à l’heure d’imprimer ce livret le document ne nous est pas parvenu.

Vous pourrez peut être le lire dans un prochain numéro

 


 

5 – En Fait !! Version Locale –

Après avoir présenté les opinions des représentants de l’Etat, des personnels et des décideurs de la PEP 42, nous devons parler de la position des élus et , je pense, de la majorité de la population Saint Thurinoise.

Fin mars 2015, à la faveur d’une rencontre, au cours d’une inspection réglementaire des locaux de l’ITEP par les autorités départementales et communales, le Directeur nous a informés du sérieux projet de déménagement de l’association vers des lieux plus appropriés à la mission qui lui est attribuée, à lui et à son personnel. Après nous avoir informé de la mise en vente des locaux et nous les avoir proposés, presque sur le ton de la plaisanterie; il nous a déclaré qu’il existait un projet d’hébergement de réfugiés…
Cela nous a semblé à la fois peu sérieux et inquiétant.
Mais quelques mois plus tard, d’une façon officieuse et peu habituelle Monsieur Sudry, Préfet de la Loire, faisait part à Christian Patard, qu’il souhaitait, avec insistance, le rencontrer seul sans l’assistance de membres du conseil. Cette démarche pour le moins bizarre a laissé le maire perplexe. Malgré ses dénégations téléphoniques, Mr Sudry a fait part de ses intentions d’héberger dans les locaux de l’institut Robert Anglaret 80 à 100 personnes en provenance de Syrie, Irak et Afrique. Pour ce faire, il suffisait de déménager les occupants actuels, des enfants en grandes difficultés. La vente des locaux à un acheteur encore inconnu ne semblait pas poser de problèmes.
Le Préfet a souligné que les élus et la population de la commune n’avait pas le choix, les décisions étant prises en haut lieu. Mieux encore nous en étions informés qu’à titre de politesse; là, la couleuvre devenait difficile à avaler, nous, nous rendions compte que la digestion serait douloureuse.
Cette médication, c’est le Préfet dans son immense mansuétude qui nous l’a proposée sous la forme d’une réunion où il serait en première ligne pour informer la population et pour écouter, mais surtout subir les revendications.

130 personnes, environ, ont répondu présent à cette réunion. En plus des personnes déjà citées, il y avait quelques dirigeants et représentants des services chargés de la gestion des demandeurs d’asile de Boën. On a pu noter également la présence d’élus des communes voisines, d’une respectable représentation du personnel de l’ITEP qui a eu la possibilité de faire part de ses doléances; en effet il n’était pas de meilleure tribune possible, d’habitants de Saint Thurin et des environs. Tous faisaient face aux représentants de l’Etat, au Maire de Saint Thurin et au directeur de la Cohésion Sociale de la Loire.

salle_1
– L’assistance attentive aux propos de Mr Sudry –

Mr Sudry, s’est efforcé d’être le plus clair et convaincant possible (voir les pages précédentes), il n’a quand même pas réussi à convaincre les septiques en grande majorité dans cette salle.
Les Saint-Thurinois se sont rangés unanimement derrière Christian Patard, dont les propos, particulièrement fermes, ont visiblement dérangé.

Personne dans la commune n’est contre le principe de recevoir des demandeurs d’asile, bien au contraire, mais de là à voir sa population augmenter de 51% d’un seul coup, il y a de quoi émettre, à juste titre, quelques inquiétudes.
Si quelques bien pensants et autres chercheurs d’informations sensationnelles ont supposé un racisme sous-jacent, qu’ils déchantent : il n’y a aucune place pour cela ici

Néanmoins, il est tout à fait naturel que la population locale se pose des questions légitimes auxquelles la démonstration nébuleuse du directeur local de « L ‘Entraide Pierre Valdo » n’a pu apporter la moindre réponse. Il a tant pratiqué la langue de bois, qu’il y avait plus de copeaux à ses pieds, que devant la raboteuse d’un menuisier.
En tout premier: hormis le montage des dossiers de demande d’asile qui devrait occuper un individu 1h00 par jour, la confection des repas et diverses tâches « ménagères » (2h00). Que vont faire ces gens pour occuper leur temps ? Les subsides ne seront pas suffisants pour permettre de faire de voyager à l’envie. Une autre heure sera peut être consacrée, pour les plus studieux, à l’apprentissage de notre langue. Il en restera du temps à tourner en rond et quand on tourne en rond…..?
Combien de temps tiendront les bénévoles à faire les trajets aller-retour pour venir « occuper » les résidents ?
D’autant plus que la population de migrants sera, essentiellement, constituée de célibataires pour des raisons de carence d’établissement
scolaire à Saint Thurin; au fait cela rend caduc la démonstration du temps passé par les parents auprès de leur progéniture.

Qu’en sera-t-il des conflits internes ? Normalement la vie locale ne devrait pas en ressentir les effets, mais… Nous savons que les groupes de réfugiés sont composés de plusieurs ethnies, issues de pays assez différents. Plusieurs religions sont pratiquées, musulmans, chrétiens et peut être protestants devront se côtoyer et vivre ensemble. Cela peut engendrer les pires craintes, car il n’est pas certain qu’un conflit créé à l’intérieur ne continuera pas dehors à la faveur d’une sortie, là où les surveillants ne pourront intervenir.

A la question relative à la recherche de nouveaux sites dans la Loire pour créer d’autres CADA afin de répartir au mieux les migrants, il a été répondu affirmativement à la première partie de la question, mais nous sommes toujours en attente de savoir si ce sera une meilleure dilution du quota à la charge de notre département ou s’il y aura là une opportunité à augmenter ce quota ?? Encore un aspect nébuleux.

Si le personnel de l’ITEP a pudiquement laissé sous silence les craintes légitimes sur la pérennité de leur emploi, les cadres ont soigneusement évité le sujet. Néanmoins le texte fourni par les autorités évoque une priorité d’embauche pour les employés de l’ITEP qui le souhaiteraient; bien entendu à des postes ne nécessitant que peu de qualifications, Il y a là de quoi être vigilants.

Les locaux sont adaptés pour recevoir 60 enfants. Des parties sont vétustes et, en l’état, l’hébergement de 80 à 100 adultes semble parfaitement utopique. Bien sûr, des travaux sont possibles, mais que faire de sérieux en si peu de temps ? C’est donc une fois de plus un ghetto qui sera créé sans trop de soucis pour la dignité humaine.

Je crois pouvoir dire au nom de tous que nous serions contents de participer à la réception d’une quantité raisonnable de réfugiés (50 maximum), mais que nous sommes opposés à en accueillir le double !!

Je pourrai continuer encore longtemps à revoir point par point ce projet insensé, mais n’ayant pas d’alternative possible, c’est l’expérience qui démontrera de quel côté est le raisonnable. Au fond de moi-même j’espère que nous avons tort, mais….

Enfin, j’invite toutes personnes qui mettraient en doute l’humanisme de notre petite commune à se rendre à l’entrée de l’Institut Robert Anglaret et de lire attentivement la plaque gravée qui est à la vue de tous.

Daniel Rayez, adjoint


– Conclusions et avis du Maire à l’attention de Mr le Préfet –

 

P1050137
Interview France 3

 

Le Conseil Municipal s’est réuni la semaine dernière, il n’est pas hostile à l’accueil de demandeurs d’asile sur son territoire. Mais il pense qu’il est tout à fait inconscient de la part des autorités d’installer dans si petite commune une centaine de migrants issus de différents pays, ce pour au moins quatre raisons :
Cela représente 51% de la population actuelle
Très peu de commerces dans la commune et à proximité.
Absence d’associations sportives ou culturelles, qui favoriseraient l’intégration et les loisirs
Des transports rares et onéreux pour les déplacements indispensables.
Les pensées toutes particulières du Maire
À l’attention des représentants de l’Etat

Il y a 2 mois vous ne connaissiez pas Saint Thurin, ni de nom ni sa localisation sur une carte et cela me désole. Aujourd’hui vous avez besoin de notre petite commune rurale pour implanter un CADA, alors vous nous faites des courbettes, pour preuve les appels téléphoniques de vos services plusieurs fois par semaine. Qu’en sera -t-il quand le CADA sera installé ? Je pense que la Mairie n’entendra plus parler du Préfet et du Sous Préfet ; Saint Thurin retournera aux oubliettes.
Monsieur le Préfet, aujourd’hui ici dans cette infime partie du département, demain vous serez sûrement nommé à l’autre bout de la France. Les migrants resteront à Saint Thurin. Alors quand vous signerez l’acte définitif de création de ce CADA pensez un peu à la population du bourg de Saint Thurin, elle est sur ce territoire et elle y restera encore longtemps; elle risque de se retrouver en minorité chez elle. Je ne suis pas sûr que si vous résidiez ici vous trouviez cette situation plaisante et à votre convenance.
Enfin dans notre pays des élections sont organisées pour élire des personnes de bonne volonté, qui gèrent au quotidien : les communes, les intercommunalités, les départements, les régions et le pays. Alors vous comprendrez, Monsieur le Préfet, que cela me sape le moral quand l’implantation d’un CADA, dans notre minuscule commune, qui va fragiliser son équilibre soit la décision d’un seul homme, le Préfet, lequel de surcroît n’est pas un élu du peuple, mais une personne désignée à ce poste.
Voilà ! J’en ai fini et je vous remercie toutes et tous, très sincèrement, de votre présence.

Christian Patard, Maire

Christian Patard s’adresse aux autorités
Christian Patard s’adresse aux autorités

 

Les membres du conseil municipal sont également solidaires de cette déclaration.

Réalisé et distribué par  la Municipalité.

Le Lien de Saint Thurin – Janvier 2016

Informations — Nouvelles Echos — Histoire Locale

Le lavoir de Mayen
Le lavoir de Mayen

Bonjour à tous

Voici votre n° 4 du Lien de Saint Thurin
Vous trouverez dans ces pages :

Le mot du Maire
La Lettre des Conseillers Départementaux
La rencontre avec le Préfet
Travaux communaux
La Fête Patronale
Le repas des Ainés
Le calendrier de la déchetterie
Les Noces d’Or
Commémoration
Nos disparus.
La Fête Patronale
Les Chroniques de Saint Thurin
Informations pratiques

 

Nous vous rappelons que ces pages sont à votre disposition pour vous exprimer. Vous pourrez l faire si vous le souhaitez dans le n° 5


 

-Le mot du Maire –

bg3Au revoir 2015, bonjour 2016

A l’aube de cette nouvelle année, je me joins à toute l’équipe communale pour vous souhaiter santé bonheur et prospérité pour 2016.
Que cette nouvelle année vous apporte tout ce qu’il peut y avoir de mieux.
Courage et bon rétablissement à tous, ceux et celles qui sont diminués par la maladie.
Notre commune aborde 2016, comme à l’habitude, avec de nouveaux projets, de nouvelles incertitudes, et des changements
annoncés.
Des projets avec la réparations des lavoirs de Mayen et du Mout, des travaux au camping municipal avec lesquels on espère une meilleure fréquentation, Il n’y aura pas de travaux de voirie programmés cette année.
Des changements avec la fin annoncée de notre communauté de communes qui devenue trop petite selon la réforme territoriale devra fusionner à la fin de cette année.

 

Des incertitudes face au devenir de notre restaurant communal, ainsi qu’à l’avenir de l’ITEP qui doit fermer ses portes très prochainement (ce point fera l’objet d’une communication très prochainement *) .
Sur ces deux derniers points, le conseil municipal restera très vigilant face à des décisions, souvent arbitraires, qui nous viennent d’en haut et qui font que notre destin ne nous appartient pas forcément,
Soyez cependant sûr que l’équipe municipale fera le maximum avec les moyens dont elle dispose pour améliorer votre vie de tous les jours et ce malgré la baisse des dotations de l’état et des subventions de tous types qui sont la grosse majorité de nos recettes communales,
J’en termine en remerciant sincèrement toutes les personnes bénévoles qui participent régulièrement ou ponctuellement aux diverses activités de la commune.

Christian Patard


– Le Conseil Départemental –

cd1

Il y a un peu moins d’un an, vous nous avez fait l’honneur de nous choisir pour représenter le nouveau canton de Boën-sur-Lignon au sein
de l’Assemblée Départementale.
Sachez que nous nous sommes immédiatement mis au travail pour défendre au mieux vos intérêts et les intérêts des 55 communes du canton et cela sans esprit partisan.
Bien entendu, nous n’aurons pas l’indécence de vous dire que tout va bien et de faire de grands discours que plus personne ne comprend et ne veut entendre. Nous nous attachons simplement à répondre le mieux possible à vos attentes, sans vous faire de belles promesses, sans idéologie, ni dogmatisme.
Sachez que nous consacrons toute notre énergie pour que les valeurs de bon sens, de travail, de respect, de simplicité, d’efficacité ne restent pas de vains mots dans notre canton.
Le bon sens, l’action et la fermeté ne sont pas les monopoles d’une couleur politique. Nous, comme vous, vivons dans la vraie vie.
Nous conjuguons vie professionnelle et vie politique pour rester au plus près des réalités. Comme vous, nous souhaitons que certaines choses changent.
Vous le savez, nous siégeons dans la majorité départementale.
Pour autant, nous gardons notre esprit critique et nous nous attachons à faire entendre la voix de chacune de vos communes.

L’Assemblée départementale vient de voter son budget 2016. Il n’y aura pas d’augmentation des impôts locaux, l’endettement sera maîtrisé et nous évaluerons systématiquement nos politiques, afin de les adapter et de rechercher partout l’efficience budgétaire. Avoir, comme dans votre foyer, une gestion de bon père de famille.

Le Département continuera à investir dans les domaines qui touchent votre quotidien : les solidarités avec nos personnes âgées et handicapées, les collèges, les routes, le tourisme, l’action culturelle, les transports…
Nous ne prendrons pas exemple, sur le Gouvernement qui impose des réformes loin de vos préoccupations. Il y a bien plus à faire qu’une grande réforme territoriale qui nous échappe. Les regroupements arbitraires de communautés de communes auxquels nous allons assister, s’apparentent à du mépris pour la démocratie de proximité et pour les habitants des territoires concernés.
Le Département poursuivra sa politique d’aides aux communes. A titre d’exemple, votre commune de Saint Thurin a bénéficié en 2015 de plus de 41 000 € pour la voirie communale, le déneigement et la réfection de deux anciens lavoirs.
C’est en unissant nos efforts, Département et communes, que nous réussirons à améliorer votre cadre de vie. A ce titre, nous remercions vos élus municipaux qui nous aident dans notre action. Un remerciement aussi tout particulier à notre représentante locale, notre amie Danielle Picarles, qui relaie avec efficacité vos demandes.
A chacune et chacun d’entre vous, nous souhaitons une belle et agréable année 2016 !

Chantal BROSSE et Pierre-Jean ROCHETTE

Conseillers départementaux du Canton de Boën-sur-Lignon


– Réunion d’Information –

Le Samedi 23 Janvier à 10h00
Salle des Fêtes Communale

Monsieur Subry, Préfet de la Loire
&
Monsieur Couteaud, directeur de la Cohésion de la Loire.

Viennent à Saint Thurin pour faire part à la population locale du projet d’installation de migrants dans les locaux de l’I.T.E.P.
Tous deux expliqueront les modalités et les conséquences d’un apport relativement important de ces personnes dans notre commune.
Aucun d’entre nous ne peut ignorer les raisons et les situations qui conduisent ces gens issus du Moyen Orient et de l’Afrique à fuir leurs pays d’origine pour se diriger vers
l’Europe.
Maintenant que nous sommes concernés par ce drame
humain, il est de notre devoir de nous informer au mieux de la situation; c’est pourquoi cette réunion est organisée
à la Salle des fêtes. Chacun d’entre vous pourra poser ses questions aux représentants de l’Etat et du département.

Le Maire et le Conseil Municipal invitent, vivement chacun d’entre vous à participer à cette manifestation.


 

– Chemins et Lavoirs –

travaux lavoirs

 

 

Comme il était prévu et après certains délais administratifs, le suivi et la réfection d’une partie de notre voirie non goudronnée a été effectuée de main de maître par les établissements Franck Duivon, lesquels avaient proposé le meilleur prix.

 

 

Ont été traités :
Le chemin du Mas à Serre jusqu’aux limites de commune, avec pose de 2 revers d’eau pour parer à l’inondation d’une villa côté remblais.
Le chemin du Mas au lotissement de la Côte
Le chemin du Moût au Mas (voir photo)
Le chemin du Lac à la Roche.travaux lavoirs
Ont été également débroussaillés les abords du lavoir du Moût et du lavoir de Mayen en attendant la réfection de ceux-ci, ce qui ne saurait tarder.

 

Lavoir, abreuvoir et puit du Moût.

Avant le passage de la pelle on ne distinguait guère que les restes du toit tant la nature avait repris ses droits

 


 

– Voies et Espaces Goudronnés –

voirie1

 

 

S’il a fallu dix-sept mois  entre la toute première démarche et l’exécution des travaux de réfection, on peut dire que nul ne peut être accusé de laxisme. Les dossiers ont été rondement menés, mais il semble simplement que le temps ne s’écoule pas à la même vitesse pour tous.

voirie2

 

La montée de l’église en préparation avant goudronnage.
Travail réalisé «  à la main » aucune machine ne passe à cet endroit

 

Par contre il n’aura pas fallu plus de 10 jours à l’entreprise « COLAS » pour mener les travaux à bien.

 

Reprise de l’affaissement sur le parking et  restauration de la partie endommagée par l’incendie d’un véhicule

 

Au hameau de « La Chaize », il était urgent de traiter cette portion de route en grand danger d’effondrement
Au hameau de « La Chaize », il était urgent de traiter cette portion
de route en grand danger d’effondrement
La « grosse cavalerie » a été utilisée pour créer le revêtement du CV 5 au Moût. Une réalisation rendue nécessaire par le passage de nombreux camions de fort tonnage.
La « grosse cavalerie » a été utilisée pour créer le revêtement du CV 5 au Moût. Une réalisation rendue nécessaire par le passage de nombreux camions de fort tonnage.

 

– La Réunion Gastronomique des Aînés –

Pour beaucoup, l’an 2015 ne sera pas dans nos mémoires un grand
millésime, mais ce n’est pas une raison pour faillir aux coutumes.
Pour preuve le CCAS de Saint Thurin a reconduit sans hésitations, une fois de plus le repas des aînés de la commune.

Beaucoup sont venus, mais ils n’étaient pas tous là; pour diverses raisons, certains le souhaitaient, mais ils n’ont pu se joindre aux quarante cinq personnes, qui avaient bravé les intempéries pour participer au banquet.
Un banquet fort réussi, les mets étaient fins, les boissons allaient de pair et les desserts généreux. Remarquons au passage que l’excellent repas a été préparé par Béatrice Béal, traiteur à Saint Martin la Sauveté.

repas

repas2
Mme Gravier nous a fait profiter de ses talents de chanteuse : Ses refrains ont été repris par le chœur de l’assistanc
repas3
L’occasion fut belle pour fêter les anniversaires de : Mme Claude Chalon, Mme Laplace et de Cathy Molle notre dévouée secrétaire de mairie.
Un autre anniversaire devait être fêté à cette occasion, mais Pierre LAY, doyen du village du Mas, n’a pu se joindre à nous. Il avait déjà fêté ses 90 ans, le 16 octobre 2015, entouré de sa famille et de ses amis marcheurs au restaurant « Le Saint Martin ».
Un autre anniversaire devait être fêté à cette occasion, mais Pierre LAY, doyen du village du Mas, n’a pu se joindre à nous.
Il avait déjà fêté ses 90 ans, le 16 octobre 2015, entouré de sa famille et de ses amis marcheurs au restaurant « Le Saint Martin ».

 


 

– Noces d’Or –
Bernadette et Paul se sont dit oui le 31 juillet 1965
dans la capitale des Gaules, devenant ainsi
Monsieur et Madame Corzani.

noces

C’est en cette ville qu’ils ont accompli toutes leurs carrières professionnelles dans la fonction publique.
Jusqu’au jour de 1986 où ils font la connaissance de Saint Thurin guidés par un ami. Subjugués par le lieu, ils font l’acquisition d’une maison où ils viennent et reviennent en villégiature. Puis la retraite arrivant, ils s’installent définitivement en 2003.
C’est donc naturellement là qu’ils viennent de fêter le cinquantième anniversaire de leur mariage entourés de leurs enfants et petits enfants.
Rendez-vous dans un prochain numéro pour les noces de Platine.


– Commémoration du 11 novembre 1918 – 

commemoration

Ainsi que le veux l’usage, nous nous sommes réunis devant le monument aux morts pour nous souvenir des faits de la grande guerre et des Hommes de la commune qui ont payé le plus lourd tribu à la Nation.
Une minute de silence a ouvert la cérémonie en mémoire des victimes des monstrueux évènements du 13 octobre 2015.

Puis Marina Baud, Méline Baud et Anatole Jouhannel ont lu des textes de circonstance choisis dans le cadre scolaire.
Le maire a transmis la communication du Ministre des Anciens Combattants.
La manifestation a été close, à la salle des fêtes, par un vin d’honneur offert par la Municipalité


 

– Nécrologie – 

pierre_combe

 

 

Pierre est né au Perrier, le 12 novembre 1937.

Après plusieurs petits métiers, en usine, coutellerie, il a été télégraphiste à Roanne, puis, ayant réussi le concours de facteur,
il rejoint le poste de Saint-Jean-Soleymieux en 1966. Il fera la tournée
de Gumières durant 29 ans.
En 1968, il épouse Marcelle. Ils auront 2 enfants et 5 petits enfants
qui ont su entourer et égayer sa fin de vie.
La retraite arrivée, il passait beaucoup de temps au Perrier. Il jardinait, faisait son bois de chauffage, rencontrait ses voisins et amis, menait
la vie simple qu’il aimait tant.
Hélas la maladie en a décidé autrement. Pierre nous a quittés le 16 juin 2015 après avoir lutté : il a beaucoup souffert moralement
et physiquement les derniers jours.


 

– La Fête Patronale –

Les 18 et 19 juillet, le président Eddy Brunet et ses troupes ont
animé ces journées traditionnelles.
Dès le vendredi après-midi les jeunes ont proposé les brioches dans chaque foyer de la commune; la distribution fut reprise
le samedi matin.
Après une courte pause, roborative, le tournoi de foot a ouvert les festivités. Hélas, malgré ce bon démarrage la fête était mise en difficulté. En effet, Jupiter avait décidé de gâcher la soirée en faisant gronder les éléments, rendant ainsi impossible le spectacle de cabaret prévu en plein air. Néanmoins la similitude avec ses foudres à dû lui plaire car il a autorisé le bon déroulement du feu d’artifice et le bal qui s’en est suivi.

Le dimanche :
L’aube à peine passée, ceux qui ne s’étaient pas couchés et ceux qui se lèvent très tôt se sont retrouvés devant une robuste tripe fumante à souhait. Simultanément le vide grenier battait son plein.
En fin de matinée, la municipalité offrait à tous un vin d’honneur.
L’après midi l’équipage de chasse à cour a pu nous faire profiter d’une belle démonstration.
Enfin en soirée :
Cent dix personnes ont clos la manifestation en dégustant la soupe aux choux confectionnée par les bénévoles du Comité des Fêtes.
Que ces derniers en soient infiniment remerciés, comme tous les ans ils ont été la clé de voute de la fête.

 


 

– Le Tournoi de Sixte –

Le temps médiocre en ce samedi de juillet n’a pas aidé l’organisation de cet évènement.
Huit équipes étaient en lice, après les tours de qualifications âprement disputés, la finale a vu s’affronter les Mixtes et Noirétable.
Malgré l’excellente technique des filles, et le physique des garçons c’est l’équipe plus aguerrie de Noirétable qui l’a emporté 2 à 0.

 

 

L’équipe de Noirétable Ce joli groupe de joyeux garçons nous a offert un bon spectacle.
L’équipe de Noirétable
Ce joli groupe de joyeux garçons nous a offert un bon spectacle.

 

L’ équipe des Mixtes 3 filles et 3 garçons Représentait les villages : de Débats Rivière d’Orpra, de St Marcel d’Urfé de Grezolle et de Noirétable
L’ équipe des Mixtes
3 filles et 3 garçons
Représentait les villages :
de Débats Rivière d’Orpra,
de St Marcel d’Urfé
de Grezolle
et de Noirétable

 

– Le Vide – Grenier –

vide grenier

Les exposants ont fait fi de la météo grognonne et n’ont pas hésité à étaler les marchandises.
Les visiteurs se  sont également déplacés en nombre et les transactions ont pu aller bon train.
Plusieurs dizaines d’étals ont proposé des objets de toutes sortes : vêtements, livres, disques, jouets et autres outils aratoires, mécaniques ou menuisiers. Les badauds n’avaient que l’embarras du choix.


 

– Vin d’Honneur de la Commune –

vinhonneur

Dans une sympathique convivialité les Saint-Thurinois et leurs amis sont venus tour à tour partager le vin d’honneur champêtre offert par la Municipalité. On remarque au premier plan la présence du Docteur Claude Bourdelle, dernier Conseiller général de
l’ex-canton de Noirétable en compagnie de Lucette et Robert Tarit .

 


– La Chasse à Courre –

chiens

Avec l’Equipage du Vieux Chêne

Gilles Couvent, propriétaire de l’équipage, avait amené 4 chevaux
et 41 des 80 chiens, de race « Tricolore Poitevin », que compte la meute. Basés à Mably, leur territoire de chasse favori se situe en Forêt de Borne près de Beaune en Côte d’Or. Ces animaux sont dressés
à traquer uniquement le chevreuil.
Dimanche après-midi, l’équipage a réalisé une belle démonstration de traque. Puis les sonneurs ont fait profiter l’assistance de leur talent et de leur souffle puissant ( ceux qui ont essayé de sortir un son de ces instruments savent ce que cela veut dire ).